Nos Jours Heureux

lecture nos jours heureuxTitre: Nos Jours Heureux

Auteure: GONG Ji-young

Traduit du coréen par Choi Kyungran et Isabelle Boudon
France, Arles : Editions Philippe Picquier, 2014,
326 pages

 Petite présentation de l’auteure

Gong Ji-young est née en 1963 à Séoul. Elle s’intéresse très tôt à gongl’écriture et écrit ses premiers récits dès l’adolescence. Durant les années 1980, elle participe aux luttes étudiantes contre la dictature, dont témoigne son premier roman, Quand l’aube se lève, paru en 1987. En 1985, elle obtient sa licence en littérature à l’université Yonsei. Ses romans se concentrent essentiellement sur la condition des femmes et des travailleurs en Corée du Sud, des maltraitances aux handicapés et des droits des exclus de la société. Elle est considérée comme une auteure féministe, dans plusieurs de ses romans, elle évoque la place de la femme suite aux mouvements pour la démocratie en Corée et continue à lutter pour une parité hommes-femmes dans la société coréenne. Plusieurs de ses romans sont des best-sellers, et certains d’entre eux, y compris Nos jours heureux, ont été adaptés au cinéma.

Son roman

Dans Nos jours heureux, GONG Ji-young dénonce la peine de mort qui n’a pas été abolie en Corée du Sud, les conditions du milieu carcéral, la pression sociale et une société violente qui ne cherche que des bourreaux sans prendre en compte qu’ils sont d’abord des victimes de cette même société. Le roman est organisé en plusieurs chapitres, chaque chapitre est divisé en deux parties, la première est un extrait du Cahier bleu de Yunsu, un condamné à mort, qui nous raconte son parcours depuis l’enfance, les difficultés  qu’il a traversé, celles qui ont fait de lui un criminel et l’a amené face à la mort. La deuxième partie numérotée concerne l’évolution de Yujeong, une jeune femme révoltée, meurtrie, au bord du gouffre qui ne pensait qu’à mourir pour abréger ses souffrances. Nos jours heureux a été adapté au cinéma avec le film Maundy Thursday, ce dernier, tout comme le roman, a connu un grand succès (+ de 3 millions d’entrées).

Synopsis

Yujeong a le coeur en miettes lorsque sa tante Monica, qui est religieuse, la prend par la main et l’emmène à la Maison d’arrêt de Séoul visiter un condamné à mort. Rien ne semble pouvoir rapprocher une jeune désespérée de bonne famille d’un triple meurtrier, et pourtant… Au fur et à mesure de leurs rencontres, ils vont se raconter avec sincérité leurs « vraies histoires », affronter les ténèbres et découvrir les lumières éblouissantes au sein de ces ténèbres, réparer leurs âmes meurtries.

Mon avis

C’est un roman puissant, même bouleversant, j’y ai versé quelques larmes. 🙂 On comprend bien la volonté de l’auteure de dénoncer la peine de mort en Corée du sud, elle dénonce les pratiques barbares de la peine de mort qui paraissent contradictoires dans un pays aussi développé que la Corée du sud, en effet, alors que les Etats-Unis utilisent l’injection létale, la Corée en est toujours à la pendaison ainsi que la fusillade comme modes d’exécution. Elle nous parle aussi de la force de l’amour, du pardon et de la rédemption. C’est vraiment un livre qui amène à la réflexion, je me rappelle qu’à la fin du roman, je me suis sentie indignée, ce qui prouve d’une certaine manière que l’auteure a réussi son pari de faire changer les mentalités/ les idées du  lecteur. Il est très facile de s’immiscer dans cette histoire car c’est très bien écrit.

En fermant ce roman, j’avais vraiment envie de changer les choses avec elle. 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s